La Ligue des Droits de l'homme ‘déterminée’ à tenir son congrès

Publié le par kurt cobain

Tunisie : La Ligue des Droits de l'homme ‘déterminée’ à tenir son congrès malgré l'interdiction
Plongée dans une crise politico-judiciaire, la Ligue tunisienne des Droits de l'homme (Ltdh) a affirmé dimanche sa ‘détermination’ à tenir un congrès interdit par la justice à la demande d'une partie de ses membres.

La direction de la Ltdh est confrontée depuis neuf mois à une fronde de responsables locaux et d'adhérents, auxquels elle reproche d'être proches du pouvoir, et qui ont obtenu gain de cause samedi en empêchant la tenue du congrès. Le comité directeur de l'organisation a souligné dans un communiqué ‘sa persévérance et sa détermination à tenir le 6e congrès national, dans les plus brefs délais et en toute indépendance’. Il a en outre dénoncé ‘les agressions’ contre ses membres et les a invités à la réunion et demandé aux autorités ‘de lever le siège autour du siège de la Ltdh à Tunis et de ses locaux dans les régions pour lui permettre d'excercer ses activités’. Initialement prévu en septembre 2005, ce congrès de la doyenne des organisations du genre dans le monde arabe et en Afrique a été interdit samedi par la police en application d'un jugement du 5 septembre. Une plainte avait été déposée par vingt-deux membres de la Ltdh accusant la direction de ‘violations du règlement intérieur et abus de pouvoir’. Un jugement sur le fond doit être rendu le 3 juin. Des observateurs étrangers - diplomates européens et américain, représentants d'organisations de défense des droits de l'homme, avocats et parlementaires - et les journalistes avaient été empêchés samedi de se rendre au siège de la Ltdh dont l'accés n'était autorisé qu'au comité directeur. Selon une source officielle, ‘le maintien de l'ordre s'est déroulé dans le calme et dans le cadre de la loi et aucune personnalité étrangère n'a été malmenée’.

La presse tunisienne n'a pas fait état de l'interdiction du congrès. Le quotidien La Presse a titré à la ‘une’ : ‘Le conflit au sein de la Ltdh, une affaire interne dans laquelle l'autorité ne veut pas s'immiscer’, reprenant les propos du porte-parole de la présidence de la République, Abdelaziz Ben Dhia. M. Ben Dhia avait déclaré samedi à Kairouan (centre) que ‘le pouvoir considère la ligue comme un acquis national’ et que ‘la justice interdit la tenue du congrès (...) avant que le jugement (du 3 juin) ne soit prononcé et qu'un règlement qui satisfasse toutes les parties ne soit conclu’.

L'interdiction du congrès est intervenue alors que douze avocats du Conseil national de l'ordre déclenchaient une grève de la faim qui devait s'achever dimanche soir pour dénoncer des ‘atteintes à l'indépendance’ de leur profession. ‘Si les autorités continuent à refuser le dialogue et à nous ignorer, nous allons réfléchir à de nouvelles formes d'action’, a déclaré l'un d'eux, Me Chawki Tabib. Cette grève était aussi organisée pour dénoncer une intervention de la police dans les locaux du Conseil, mardi dernier, lors d'une protestation d'avocats au palais de justice. Le principal motif de mécontentement des avocats est la création d'un institut de formation récemment votée par le parlement portant, selon eux, ‘atteinte à l'indépendance de la profession, le barreau ne jouant aucun rôle dans cette école’. M. Ben Dhia avait déclaré samedi que ‘la création de l'Institut supérieur du barreau est venue répondre à la demande de la profession’ et que la loi relative à sa création avait été préparée ‘avec la participation de l'Ordre national des avocats’.

source : www.walf.sn

Publié dans tunisie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article