L'Europarlement débat sur la liberté en Tunisie

Publié le par kurt cobain

L'Europarlement débat sur la liberté en Tunisie

Strasbourg pourrait condamner les dérives sécuritaires du régime de Ben Ali.

par Ch. B
QUOTIDIEN : mercredi 14 juin 2006


Fait suffisamment rare pour être relevé, les récentes atteintes aux libertés en Tunisie ont fait hier l'objet d'un débat au Parlement européen. Plusieurs résolutions, qui seront soumises demain au vote, condamnent les dérives sécuritaires du régime de Zine Ben Ali et rappellent que le respect des droits de l'homme «constitue un élément essentiel» de l'accord d'association qui lie ce pays à l'Union européenne.

Les eurodéputés n'aiment pas que l'on moleste l'un des leurs. Les harcèlements subis par la présidente de la sous-commission des droits de l'homme du Parlement, Hélène Flautre, lors de son séjour en Tunisie, les 25, 26 et 27 mai, ont suscité l'émoi à Strasbourg. Dès son arrivée à Tunis, la représentante des Verts a été suivie, puis chassée de son hôtel et, enfin, violemment prise à partie et poussée hors de sa voiture. Un policier lui a claqué la portière sur le bras. Son téléphone portable lui a été arraché des mains et confisqué pendant deux heures. «La police s'est déchaînée. J'ai l'habitude, mais là, ils ont sorti le grand jeu», s'écrie Hélène Flautre. Elle devait participer au congrès de la Ligue tunisienne des droits de l'homme (LTDH), cible des attaques régulières du pouvoir. Dans une démarche communautaire, les Européens avaient signifié au gouvernement tunisien leur attachement à la Ligue la plus ancienne du monde arabe. La LTDH a finalement été empêchée par les forces de l'ordre de tenir son congrès et certains de ses dirigeants, notamment sa vice-présidente, Souhayr Belhassen, ont été agressés par des agents en civil.

Des représentants de l'UE devaient y assister à titre d'observateurs. Mais la veille au soir, l'ambassade d'Autriche, qui assure actuellement la présidence européenne, a reçu une note verbale des autorités tunisiennes l'informant qu'elles n'hésiteraient pas à recourir à la force pour faire respecter une décision de justice interdisant la tenue du congrès et que, par conséquent, la présence de diplomates n'était pas souhaitée. Seuls les ambassadeurs du Royaume-Uni, de la Belgique, des Etats-Unis, ainsi que deux représentants de la Commission européenne ont fait le déplacement.

Publié dans tunisie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article