Grande surprise lors d'un enterrement sous surveillance policière

Publié le par kurt cobain

L'association tunisienne de lutte contre la torture (ALTT)
Communiqué 
Grande surprise lors d'un enterrement
sous surveillance policière
à Sidi Bouzid (Tunisie)

 
L'association tunisienne de lutte contre la torture (ALTT) a été informé hier soir 12 janvier  que la garde nationale de Sidi Bouzid a demandé à la famille "El Omri" d'accompagner des agents à Tunis ce matin à 5h00 pour procéder à l'identification du corps de leur fils Majdi El Omri tué lors des récents accrochages armés.
 
Majdi El Omri a 27 ans, il est marié et père d'un bébé de 18 mois. Il a une maîtrise d'informatique et habitait avec sa femme et son enfant le quartier "Al Madina Al Jadida" de Ben Arous (Banlieue sud de Tunis).
 
Majdi El Omri était recherché par les services de police depuis le 18 novembre dernier. Son frère Hichem, qui a été arrêté le 12 décembre dernier, a déclaré que la police voulait par son arrestation exiger la reddition de son frère Majdi.
 
Aujourd'hui, à 4h00 du matin, des agents de la garde nationale sont allés chercher le père et l'oncle de Majdi El Omri. Contrairement à ce qui était prévu, ce n'est pas à Tunis que les agents les ont emmenés mais au cimetière de Sidi Bouzid où un grand nombre des forces de l'ordre était déployé. Une tombe était déjà creusée et la famille devait juste reconnaître le corps de leur fils avant son enterrement sous haute surveillance.
 
A la grande surprise du père et de l'oncle, le corps n'était pas celui de Majdi, mais celui d'un autre jeune dont la tête était fracassée. La garde nationale est allée alors chercher l'épouse de Majdi qui a confirmé qu'il ne s'agissait pas du corps de son mari.
 
Le père et l'oncle ont par la suite été conduits au poste de la garde nationale où un P.V. a été rédigé.
 
L'ALTT qui a exprimé son indignation face à ces atteintes, a exigé le respect des dépouilles, le déroulement des cérémonies d'enterrement dans des conditions normales et le respect des familles des victimes.

Publié dans tunisie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article