La liberté religieuse bafouée

Publié le par kurt cobain

Tunisie :

La liberté religieuse bafouée

 

Les prisonniers politiques de la prison Borj Erroumi organisent demain lundi 5 juin, une grève de la faim en terme de protestation contre les agissements des autorités pénitentiaires. Le directeur de la prison Imed Ajmi a profané le Coran pour agresser un des prisonniers Aymen Dridi. Des cas de torture, de mauvais traitements et d’atteintes à la foi et aux croyances des prisonniers sont, également, rapportées. 

 

La section de Bizerte de la LTDH qui a publié un communiqué relayant ces faits, s’est vue son président arrêté, deux jours après, soit le 3 juin. Le militant Ali Ben Salem, président de la section a été accusé de diffusion de fausses informations. M. Lotfi Hajji, président du syndicat des journalistes tunisiens et membre de la section ainsi que MM. Mohamed Ben Said et Hamda Mezgich ont été arrêtés à leur tour. Les quatre militants ont été libérés en fin de journée.

 

Sur un autre plan, les autorités tunisiennes ont empêché les étudiantes du campus universitaire de Tunis et d’autres cités universitaires, d’accéder à leurs facultés pour passer leurs examens de fin d’année, pour la simple raison qu’elles portent le voile.

 

Loin de toute manipulation politique ou religieuse, le voile est un mode vestimentaire, que des femmes et des jeunes filles tunisiennes ont choisi de porter, et qui s’inscrit dans le cadre de la liberté fondamentale qui est garantie par les lois et la constitution. La constitution tunisienne, dans son article 5 « garantit l'inviolabilité de la personne humaine et la liberté de conscience, et protège le libre exercice des cultes, sous réserve qu'il ne trouble pas l'ordre public ».

 

Le décret 108, mis en vigueur en 1985, sous le régime de Bourguiba, et qui interdit le port de ce mode vestimentaire dans les établissements publics, est anticonstitutionnel et n’a pas de base légale. En 2002, l’Organisation mondiale contre la torture (OMCT) a publié un rapport sur les droits de l’enfant en Tunisie dans lequel elle déclare que ce décret « contribue à creuser l’écart entre les filles et les garçons dans le domaine des études(…) Ce décret avait entraîné l’exclusion scolaire de plus d’une centaine de filles qui se retrouvèrent, par conséquent, privées de leur droit à l’éducation. Le décret 108 ne s’appliquant qu’aux femmes, il constitue une discrimination à l’égard des filles dans la mise en œuvre de leur droit à l’éducation. En outre, cette interdiction illustre une discrimination fondée sur la foi et l’opinion. L’OMCT déplore la discrimination que le gouvernement a instituée par le truchement de cette mesure et demande instamment au Ministère de l’éducation d’amender ce décret. »

Rappelons que les autorités tunisiennes surveillent la pratique religieuse de près et procèdent à des arrestations même pour les étudiants qui prient ou manifestent un signe religieux. Plusieurs étudiants rapportent qu’ils se trouvent obligés de cacher leur pratique religieuse pour ne pas être dénoncés à la police ou arrêtés. 

Vérité-Action tout en condamnant l’atteinte aux libertés religieuses des citoyens et citoyennes tunisiennes ainsi qu’à leurs convictions et croyances,

-          apporte son soutien aux prisonniers politiques grévistes et dénonce fermement la profanation du Coran.

-          avertit l’opinion publique internationale de la politique suivie par le pouvoir en place qui ne cesse depuis des années de discriminer des femmes et des jeunes filles sur la base de leurs choix religieux, politiques ou militants.

Dans un pays qui se vante d’avoir mis en place une série de lois pour promouvoir la liberté et le statut de la femme, il est paradoxal de constater que des femmes opposantes, militantes ou de simples étudiantes et citoyennes se trouvent privées de leur liberté par le simple fait qu’elles soient dissidentes (le cas des agressions contre les avocates et les femmes défenseurs de droits de l’homme) ou qu’elles aient choisies de pratiquer leur religion.

Fribourg, le 4 juin 2006

 

Pour Vérité-Action

Safwa Aïssa, Présidente

 

Tél. +41797032611

Email. : info@verite-action.org

Publié dans tunisie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article